La ligne d'arrivée

Donnez au suivant

C’est fucking malade!

On est le 24 novembre 2017, dans quelques heures, mes élèves vont participer à une compétition importante de ballon-chasseur. Vous savez, ce jeu où les joueurs de deux équipes se lancent des ballons tout en évitant d’être touchés eux-mêmes par les ballons adverses. Et bien, c’est aujourd’hui que le début de leur histoire Northman va débuter. Ils ne le savent pas encore. Et, moi non plus. Pourtant, cet événement sera marquant pour nous tous.

Une classe Kangourou

Je suis enseignante à l’école secondaire Saint-Jean-Baptiste de Longueuil. J’ai une classe Kangourou. Oui, je sais, pour le commun des mortels, le kangourou est un marsupial de la famille des macropodidés typique du continent australien. Allez savoir s’il existe un lien entre le fait que mes élèves sautent partout dans ma classe et le kangourou, mais une chose est certaine, ils sont bien vivants et inspirants. C’est Marjorie Boxall, une psychologue scolaire employée par une commission scolaire du Nord de Londres qui a mis au point les premiers « Nurture groups » en Angleterre au cours de l’année 1970-1971.
Elle et ses collègues faisaient alors face à un nombre toujours plus grand d’enfants en difficulté qui leur étaient référés et ils avaient l’impression que l’école ne réussissait pas à répondre à leurs besoins. Mme Boxall en est alors venue à croire que si les enfants ne pouvaient pas s’ajuster à l’école, alors l’école devrait s’ajuster à eux. C’était la naissance du premier « Nurture group ». Au Québec, on a repris le concept très prometteur et on l’a nommé : « Les classes Kangourous ».

La compétition qui a tout déclenché!

Aujourd’hui, cette compétition de ballon-chasseur est un défi en soit. J’accompagne ma classe de Kangourou au tournoi. Il faut savoir que selon bien des gens, mon groupe a peu de chances de réussites. Les dernières années, les résultats ont été difficiles. Et,ce n’était pas par le manque d’implication de mes consoeurs et confrères! Sans leur soutien, qui sait si, cette année, on aurait participé à la compétition. Il ne faudra pas attendre longtemps pour voir que mes élèves sautaient partout, et définitivement, pas dans la bonne direction. Nous avons perdu plusieurs parties au début du tournoi, et pas besoin de vous dire que l’ambiance et la motivation étaient près du point de congélation. Mon objectif n’était pas de gagner le tournoi, mais bien de leur faire vivre une expérience d’équipe.

On s’est arrêté. On s’est regardé. J’ai livré mon meilleur discours de motivation, leur disant qu’ils étaient bons, voire les meilleurs. Ils devaient s’aider, se motiver et y aller un ballon à la fois. La suite fera partie de notre histoire. Nous n’avons presque plus perdu de partie et remporté la troisième position. Bien que la victoire nous ait échappé, ils étaient tout de même super fiers d’eux!! Ils n’avaient jamais gagné au ballon-chasseur auparavant! Imaginez un podium!

La célébration et une surprise inattendue

Pour célébrer cette réussite incroyable, j’ai cherché une façon originale de les récompenser. En tant que bénévole régulière pour les événements de courses à pied JustRun, j’ai demandé à Patrick Aubé le président de l’entreprise s’il avait des chandails et des médailles de surplus provenant de leurs courses afin que je les donne en cadeau à mes élèves pour souligner leur extraordinaire performance.
Je ne savais pas si l’entreprise allait vouloir ou pouvoir m’aider. Patrick s’est montré très intéressé à mon groupe d’élèves. Il voulait en savoir plus sur eux. Sur l’impact de cette réussite sur ma classe. Au fil des discussions, Patrick m’a fait part d’un projet personnel qu’il avait mis en place pour aider les jeunes en difficultés d’apprentissage.

C’est là qu’il m’a offert de participer avec lui à un projet spécial pour mes élèves. Il nous proposait de participer à une compétition appelée Northman Race au mois de mai prochain, à Québec au mont Sainte-Anne et d’y inviter tous les élèves à ses frais.

Stupéfaite et emballée, je peinais à y croire. Par contre, Patrick a établi ses conditions. Si les jeunes voulaient participer, ils devaient prendre le défi au sérieux parce que cette course à obstacles fait honneur à nos ancêtres. Et, de plus, ils devaient donner au suivant!

Il a exigé que mes élèves invitent des élèves d’une autre école qui participaient à la compétition de ballon-chasseur, et qu’ensemble, ils devaient relever le défi.

Moi, ce que je voulais, c’était des chandails et des médailles. Là, ce que j’allais offrir à ma classe était le début d’une aventure extraordinaire.

Je connais mes élèves. Dans notre modèle de classe, on développe une proximité avec eux. On s’en occupe comme nos propres enfants. On les soutient. On les encourage. Parfois, c’est difficile. Il faut de la patience. Cependant, s’il y a une chose que j’étais certaine, je savais que ce projet de la Northman Race allait les emballer.

Lorsque j’ai annoncé cette nouvelle à mes élèves, c’était comme si on leur avait donné le plus beau cadeau de Noël. Ils ont regardé à plusieurs reprises des vidéos de la Northman 2017. Ces élèves, ayant pour la plupart des difficultés de comportement et d’apprentissage, sont habituellement très peu motivés par l’école. Toutefois, ce projet leur a donné une motivation: relever un défi unique, la Northman.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour connaître leurs réactions. De l’expression régulièrement entendue: « Je m’en bats les couilles », elle a été remplacée par une expression nettement plus positive pour eux: « C’est fucking malade ça! »

Tout au long de l’année, nous nous sommes entrainés pour relever ce défi de taille. Nous devions être capables de courir 6 km en montagne en mai prochain, tandis que pour la plupart des élèves, il était exigeant pour eux de courir pendant une minute.

Mathis et Mickaël qui me cassaient les oreilles tous les jours avec la course tellement ils avaient hâte!

Emily et William qui étaient tellement angoissés à l’idée de faire la course, mais ils voulaient sortir de leur zone de confort!

Persévérance, motivation, entraide et esprit d’équipe ont été au rendez-vous tout au long de l’année.

Et cela, c’est sans compter sur ce que mes élèves ont ressenti en invitant les étudiants de deux autres écoles. Dans ce projet, on devait donner au suivant. Ils étaient fiers d’offrir ce cadeau à d’autres élèves. Ils ont choisi les deux écoles qui avaient terminé en première et deuxième position au tournoi de ballon-chasseur.

Au total une trentaine de jeunes des écoles Saint-Jean-Baptiste, Des Remparts et Gerard-Filion se préparaient à venir découvrir la Northman Race.

On mange et on dort à l’école. Pas question de manquer le départ.

Quelques jours avant l’événement de l’année, la Northman Race, un mélange d’excitation et d’anxiété se faisait sentir. La veille de la course, nous avons fait un souper en gang et nous avons dormi à l’école. Nous voulions être prêts pour le départ en autobus à 5:45 le lendemain matin. Le trois heures de route reliant Longueuil au mont Sainte-Anne ont semblé une éternité pour les élèves qui avaient si hâte d’arriver à la montagne.

Une fois arrivés, ils étaient prêts à affronter le défi, la Northman! Certains ont couru pendant 6 kilomètres, d’autres ont marché en grande partie. Chose certaine, tous les élèves ont donné le maximum d’eux-mêmes et ont accompli un défi qui les a sortis de leur zone de confort. Ils ont tous terminé la course couverts de bouette avec le sourire aux lèvres! Ils portaient fièrement la médaille Northman, qui fut pour la plupart leur toute première. L’entraide, la motivation, la persévérance et l’esprit d’équipe ont été au rendez-vous tout au long de cette journée.

Suite à cette course, les élèves parlaient sans cesse de leur expérience inoubliable. Ils étaient fiers de leur accomplissement. Cette journée a donné la piqûre de la course à plusieurs jeunes.

Patrick, JustRun, je dois vous dire que vous avez changé plusieurs vies avec votre incroyable générosité.

Voir des jeunes ayant des difficultés scolaires et sociales vivre un tel accomplissement, ça vaut tout l’or du monde. Raymond Wong, Felipe Soto et moi-même, enseignants de ces adolescents, sommes très reconnaissants. Mille fois merci! Mission accomplie! Vous avez changé plusieurs vies!

Vivant présentement la rentrée scolaire 2018-2019, les élèves me demandent déjà: Geneviève, quand allons-nous recommencer les entraînements de course?

Mission 218 Destination Mont Sainte-Anne

Ça tombe bien, hier, j’ai reçu un message sur ma boîte vocale. C’était Patrick. « Geneviève, j’ai pensé à notre projet de l’an passé, il faut le refaire. Je veux aller plus loin. Ce sera Missions 218 Destination Mont Sainte-Anne. On a plein d’idées. L’une des missions sera de demander à tes étudiants de dessiner l’un des obstacles vedettes de la Northman. Rappelle-moi pour voir si ce projet t’intéresse à nouveau. »

Tags :